Accueil » Apprendre la calligraphie » 6 raisons de commencer la calligraphie arabe

6 raisons de commencer la calligraphie arabe

    Sur ma page d’accueil, je vous explique brièvement comment j’en suis arrivée à me lancer dans la calligraphie arabe.

    Après presque 3 ans (au moment où j’écris cet article) de recherches et surtout de mise en application, j’en suis convaincue : la pratique de cet art ancestral, procure de nombreux bienfaits et apporte son lot de bénéfices.
    Tant à la fois sur le plan physique comme mental, la calligraphie est un excellent moyen d’atteindre un état de paix intérieure tout en s’ouvrant à cette culture passionnante qu’est la culture arabe.

    Voici donc :

    6 bonnes raisons pour commencer la calligraphie arabe 📋

    (Liste non exhaustive)

    1ère raison : Accéder à la beauté du monde de la culture arabe

    Je pense que sur cette première raison, nous sommes beaucoup à nous y retrouver. Qui ne s’est pas un jour trouvé en admiration devant la splendeur et la beauté d’un monument, d’un tableau ou de calligraphies appartenant à l’art arabo-musulman ?

    Parallèlement aux autres arts, la calligraphie arabe est très présente autour de nous. Et ce depuis des siècles. Vous l’aurez remarqué notamment si vous avez eu l’occasion de voyager : drapeaux, panneaux, affiches publicitaires, livres, objets décoratifs…

    C’est pourtant un monde à l’opposé du mien et dans lequel je n’ai absolument pas grandie mais que j’ai pu découvrir il y a quelques années. Que l’on soit arabe ou non, musulman ou non, ce monde et cette culture sont un trésor ô combien enrichissant d’un point de vue historique et artistique.

    Alors quand on est capable d’au moins déchiffrer ces belles écritures qu’on se familiarise avec cet aspect, voire même de se l’approprier à notre manière, quelle satisfaction !

    Nombreux sont ceux qui n’ayant pourtant aucune origine arabo-musulmane se sont passionnés pour cette culture arabe. Et il y a vraiment de quoi tant elle est vaste et diversifiée !

    2ème raison : Améliorer sa mémoire et apprendre la langue grâce à la calligraphie

    Commencer à faire de la calligraphie ne nécessite pas forcément de maîtriser la langue arabe. Cela peut même être un bon moyen pour découvrir et apprendre cette langue !
    Évidemment c’est toujours un plus de connaître le langage et de savoir l’écrire, cela peut éviter des fautes (quoique ! la calligraphie étant très différente de la simple écriture 🙃)

    Quand on se lance dans la calligraphie arabe, on commence par apprendre chaque lettre. Comment chaque trait se forme et combien de points chacune compte, que ce soit en longueur/largeur/hauteur.
    Outre l’apprentissage de la langue en tant que telle c’est aussi tout un système de proportions, de formes et de traits que l’on découvre.

    Mais être arabophone : ce n’est pourtant pas un prérequis indispensable à la pratique de la calligraphie…

    À l’égard de Syam, artiste-peintre (coucou si tu passes par là 👋), qui a découvert la calligraphie il y a peu et l’ajoute pourtant magnifiquement à ses œuvres, sans pour autant parler arabe. Je vous invite d’ailleurs à lire cet article de ma copine-collègue-voisine à ce sujet 😉 : « J’ai appris la calligraphie arabe sans savoir lire l’arabe« 

    Certaines personnes ont aussi trouvé dans la pratique de cet art un moyen d’apprentissage et de révision de leur religion.
    Tandis que d’autres m’ont confié qu’elles partageaient ces moments calligraphiques avec leurs enfants, ce qui permettait de revoir chaque lettre de l’alphabet tout en s’amusant !

    3ème raison : Travailler son sens de l’observation

    Une chose qui m’a énormément aidé dans mon apprentissage de la calligraphie c’est mon sens de l’observation.
    Depuis petite j’aime dessiner, écrire. Reproduire des schémas ou des illustrations qu’on me demandait était plutôt facile pour moi car j’arrivais aisément à définir les proportions et les espaces suite à un coup d’œil. 👁️

    Et en calligraphie arabe, une des choses qui m’a beaucoup facilité est : la notion de proportions.
    Comme beaucoup j’ai commencé simplement la calligraphie en recopiant, comme on pourrait le faire pour un dessin. Puis j’ai par la suite découvert les nuqtas et les règles calligraphiques.
    (Si vous ne voyez absolument pas de quoi je parle, rendez-vous ici « Comment devenir calligraphe » 👈)

    Mais ce n’est pas tout car faire une calligraphie (ou un dessin en général) requiert un certain sens de l’observation.
    Un simple petit trait placé au mauvais endroit peut changer totalement le sens d’une lettre et donc d’un mot !
    Certaines lettres peuvent aussi se ressembler dans leurs formes calligraphiées et on peut facilement tomber dans des pièges surtout si on recopie « à vue d’œil ».

    Respecter le sens et l’ordre des traits pour chaque caractère. Il n’y a pas de retouche ou de gribouillage comme en dessin.

    En avançant dans notre pratique, on devient davantage attentif et observateur. On arrive avec le temps à déchiffrer une calligraphie. Et ainsi à distinguer quels sont les éléments différenciant tel ou tel caractère, tel ou tel style.

    En plus des règles à respecter selon le style appliqué, il est aussi important d’avoir une vision générale et globale de votre œuvre. C’est ce point qui permet notamment d’avoir un résultat harmonieux et fluide.

    4ème raison : Laisser libre cours à sa créativité

    Calligraphier cela peut aussi être le moyen de retrouver son âme d’enfant comme on dit, et explorer des façons infinies d’aborder cet art.

    Certains préfèreront fixer leur créativité sur une toile en jouant sur les textures, la matière… D’autres seront plutôt papier et, comme j’aime le faire, joueront sur les mélanges d’encres et de couleurs.

    Sans parler de tant de possibilités d’ouverture à d’autres domaines : travailler sur du bois, sur des objets divers, ou encore préférer la sculpture et le modélisme en 3D…

    Changez votre outil (qalam, feutre, plumes, pinceaux…), la matière utilisée (encre, peinture…), le support (type de papier, toiles…), et cela donnera un résultat différent à chaque fois !

    Bref, laissez votre imagination vous surprendre 🧠

    5ème raison : Développer sa dextérité et sa patience

    Si vous prenez un calame ou un outil dont vous n’avez absolument pas l’habitude, au début vous risquez de très vite vous impatienter et même abandonner…
    (Pour retrouver mes conseils sur le matériel à utiliser, vous pouvez revoir cette vidéo sur le support.)
    Pourtant une fois que l’on a compris comment maîtriser la chose, sans vous mentir, cela devient un véritable plaisir et une fierté !

    Un calame, du papier et de l’encre. Voilà le matériel traditionnel de base.

    Un débutant doit faire preuve de persévérance et de concentration. Encore plus au début de son apprentissage car il doit faire attention à de nombreux détails essentiels pour pouvoir partir sur de bonnes bases.

    Penser à la maîtrise de ses mouvements, placer et lever son calame aux bons moments, retenir son souffle… ✍️

    Le cerveau est ainsi fortement sollicité, notamment au niveau des zones de motricité. La gestuelle, la posture, la respiration sont autant d’éléments importants en calligraphie arabe.

    6ème raison : Calmer son esprit et Méditer

    Je termine ce petit listing sur une raison qui est très subjective mais que l’on retrouve dans beaucoup d’autres domaines, notamment artistiques.

    Il arrive parfois que je ne touche pas à mes calames ou feutres durant plusieurs jours. Et, à contrario, il arrive que certains jours les idées se bousculent dans ma tête et je peux passer des heures derrière mon bureau.

    La raison ? Calligraphier un mot ou une phrase sans réfléchir à ce que j’écris m’est quasiment impossible.

    Reproduire ou écrire de façon robotique n’a aucun sens pour moi. C’est d’ailleurs pourquoi j’aime particulièrement écrire des choses inspirantes ou qui me touchent personnellement. Que ce soit une citation, un proverbe, un verset religieux ou juste certains prénoms.

    Il arrive d’ailleurs que je prenne plus de temps sur certaines commandes, le temps de m’approprier ce que j’écris.

    Tout comme un calligraphe du Coran a toute une préparation spirituelle en amont, se mettre en condition avant de laisser le calame ou le pinceau glisser sur le support est quelque chose d’indispensable. En sus des points cités précédemment.

    De ce fait, la calligraphie se pratique dans le calme. Parfois avec quelques bruits naturels en fond sonore (eau qui s’écoule, doux chant des oiseaux, bruit de la pluie…). C’est un excellent moyen de lâcher prise et de calmer son esprit. On retrouve ainsi la notion de patience.

    La respiration devient plus lente et la pression artérielle diminue. C’est un moment pour soi, sans distraction, juste en harmonie avec soi-même. 💭

    Évidemment ce n’est là qu’un aperçu des avantages à pratiquer cet art, dans lesquels je me retrouve moi-même. On peut bien entendu trouver bien d’autres raisons de commencer la calligraphie arabe !

    Et vous, avez-vous commencé ? Est-ce que vous vous retrouvez dans une ou plusieurs de ces raisons ?

    Pour revoir les bases et commencer la calligraphie,
    vous pouvez suivre mon Atelier d’initiation en 5 vidéos.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *